/!\ Sur cette page vous trouverez deux descriptifs différents de la filière hospitalière : un premier qui concerne l’ancien régime (I) ET un second qui concerne le nouveau régime (II) (prise de fonction à partir de novembre 2019).

 

I) DES de Pharmacie : ancien régime

Jusqu’en novembre 2019 les internes inscrits en DES de Pharmacie se répartissaient en inter régions: au nombre de 7 (Ile-de-France, Nord-Est, Nord-Ouest, Ouest, Rhône-Alpes-Auvergne, Sud, Sud-Ouest).

Ce DES se déroule en 4 ans et se découpe en 2 niveaux : niveau I et niveau II, de 2 ans chacun.

Par ailleurs, ce DES de Pharmacie se décline en deux options:

  • Option pharmacie hospitalière – pratique et recherche (PH-PR) ;
  • Option pharmacie industrielle et biomédicale (PIBM) ;

 

I.1. L’option « PH-PR »

Celle-ci se décompose en « P » = pratique et « R » = recherche.

Elle a pour objectifs :

  1. De délivrer une formation polyvalente et complète dans toutes les disciplines majeures de la pharmacie hospitalière pour les internes souhaitant s’orienter vers une carrière hospitalière.
  2. De favoriser les carrières hospitalo-universitaires en pharmacie hospitalière. En effet, des aménagements du temps de travail sont prévus par les textes pour valider un M2 et/ou commencer sa thèse d’Université pendant l’internat.

Formation à l’hôpital : les stages et le déroulé de la maquette 

Cette option est constituée de 8 semestres dont 6 agréés pour la pharmacie hospitalière avec l’obligation de valider les 4 domaines différents de la pharmacie hospitalière. Il reste donc 2 semestres libres, en rapport avec le projet pédagogique de l’interne.

Les agréments obligatoires à valider sont :

  • Pharmacie clinique et dispensation : cet agrément concerne la plupart des stages liés au médicament et permet l’acquisition de différentes compétences. On y apprend à analyser des ordonnances de patients hospitalisés ainsi que la validation des prescriptions et la dispensation de médicaments à statut particulier (molécules onéreuses, médicaments dérivés du sang, médicaments sous Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU), médicaments en essais cliniques, rétrocession..). Ces stages sont souvent l’occasion de travailler sur la pertinence des prescriptions d’anti-infectieux, et de participer à des staffs d’infectiologie. Enfin, on ne peut pas parler de cet agrément sans aborder la pharmacie clinique : conciliation médicamenteuse, éducation thérapeutique, aide à la prescription sont des exemples des nombreuses missions que l’interne peut accomplir dans les services de soins !
  • Economie de la santé et vigilances : On y trouve les stages de vigilance : pharmacovigilance (événements indésirables liés aux médicaments, recherches bibliographiques à la demande des médecins) et matériovigilance (événements indésirables liés au dispositifs médicaux). On peut ensuite y trouver des stages gravitant autour de domaines divers comme la qualité, les achats de médicaments, l’économie hospitalière, etc…
  • Préparation et contrôles : on y retrouve les stages liés à la production de préparations magistrales et hospitalières, par la PUI. La majeure partie des stages se trouve dans les unités de fabrication de cytotoxiques : l’interne y apprend à valider les ordonnances de chimiothérapies, ainsi qu’à contrôler et libérer les fabrications. Il se formera aussi sur le fonctionnement d’une zone de production en salle blanche, et pourra apprendre à reconstituer lui-même une chimiothérapie. Dans certains centres spécialisés, on trouve d’autres types de stages, notamment orientés vers la fabrication de nutritions parentérales à la carte (pour les services de néonatalogie ou de gastro-entérologie), et de formes diverses destinées à l’usage pédiatrique et adulte (gélules, formes orales liquides, solutions buvables,…).
  • Dispositifs médicaux et stérilisation : comme le nom l’indique, on y trouve d’abord les stages liés aux dispositifs médicaux (DM). L’interne se formera sur les DM, peu enseignés dans les facultés, pour apprendre par la suite à gérer les appels d’offres de DM. Ces stages sont souvent l’occasion de découvrir le bloc opératoire et d’assister à l’essai du matériel par les chirurgiens. Cet agrément comprend également la stérilisation : activité réservée au pharmacien, l’interne est garant de la qualité du processus qui s’étend de la pré-désinfection du matériel à la stérilisation des outils et dispositifs utilisés dans les salles d’opérations. Elle permet de nettoyer les dispositifs réutilisables dans le but d’un réemploi. L’interne se familiarisera avec la validation des processus de stérilisation, les relations spécifiques avec le bloc opératoire, ainsi que toutes les contraintes liées à cette activité indispensable (gestion des prions et ATNC notamment).

 

Formation théorique :

En parallèle de vos stages, vous devez valider des unités d’enseignement dispensées dans votre interrégion pour un crédit total d’au moins 60 ECTS.

Certaines formations peuvent vous permettre d’obtenir ces crédits (sous réserve de la validation du coordonnateur régional) comme le diplôme inter-universitaire du CESAM (10 ECTS), le diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) de radiopharmacie, les Master 2 (20 ECTS). En fonction de votre projet professionnel, vous pouvez vous inscrire à des diplômes universitaires théoriques complémentaires pour enrichir vos compétences dans un domaine particulier (oncologie, infectiologie, dispositifs médicaux…).

À la fin de l’internat PH-PR, l’interne de pharmacie doit être formé dans tous les domaines de la Pharmacie Hospitalière, et comprendre l’environnement hospitalier (fonctionnement et place de la PUI, économie des établissements de santé) pour occuper un poste de pharmacien.

I.2. L’option “PIBM” – Livret PIBM pour plus de détails

L’option PIBM (Pharmacie Industrielle et BioMédicale) mène fréquemment à des carrières en milieu industriel, mais ouvre également à des carrières au sein des agences de santé, en laboratoire de recherche, voire en milieu hospitalier. Cette option permet à l’interne d’acquérir une culture et une connaissance pratique des produits de santé au cours des stages hospitaliers mais également de développer une vision globale du système de santé, tout en ayant la possibilité de réaliser des semestres en établissement industriel (un au minimum) ou en agence de santé.

 

Formation pratique : les stages et le déroulé de la maquette 

Deux stages en PUI sont obligatoires lors de la première année d’internat, les 6 semestres suivants sont libres, laissés au choix de l’interne. L’interne option PIBM n’a donc pas l’obligation de valider les 4 domaines de la pharmacie hospitalière précédemment cités. Durant ces semestres libres, il est possible d’effectuer des stages au sein d’industries, d’agences de santé, d’établissements hospitaliers, etc.

 

Formation théorique :

La formation théorique de l’option PIBM est identique à celle de l’option PH-PR (UEs à valider pour un total de 60 ECTS). Il est, par ailleurs, possible de suivre des enseignements supplémentaires tels que master 2 ou DU.

 

 

II) DES de Pharmacie Hospitalière : nouveau régime

Le DES de Pharmacie Hospitalière remplace désormais le DES de Pharmacie qui rassemblait – avant la réforme du 4 octobre 2019 – les filières PH-PR et PIBM.

Désormais la filière PH conduit à 3 options différentes dites “options précoces”:

  • PHG : Pharmacie Hospitalière Générale
  • DSPS : Développement et Sécurisation des Produits de Santé (anciennement PIBM)
  • RPH : Radiopharmacie

Formation à l’hôpital : les stages et le déroulé de la maquette

 

Ce DES se déroule en 4 anssauf l’option RPH qui dure 5 ans – et se décompose en 3 phases:

  • Socle (2 ans)  
  • Approfondissement (1 an voire 2 ans pour RPH)
  • Consolidation (1 an)

Les 2 premières années sont identiques peu importe l’option précoce choisie. En effet, 3 semestres obligatoires sont à réaliser au cours des deux premières années d’internat, dans des stages ayant l’agrément de la Pharmacie Hospitalière. Ces trois semestres obligatoires concernent 3 domaines de la Pharmacie Hospitalière.

En fin de phase socle, il vous sera demandé de choisir une option précoce; chaque filière aura donc un cursus avec des “obligations” de lieu de stage. Cependant, l’interne disposera toujours de semestres “libres” afin d’effectuer des stages sur d’autres terrains plus variés (industrie, cliniques privées…)

 

Les agréments obligatoires à valider sont :

  • Pharmacie clinique, prise en charge thérapeutique du patient : Cf Pharmacie clinique
  • Technologies pharmaceutiques, hospitalières et contrôle : Cf Préparation et contrôle
  • Dispositifs médicaux, stérilisation et hygiène hospitalière : Cf Dispositifs médicaux et stérilisation

 

Concernant le stage libre, il doit être réalisé au cours de la deuxième année de phase socle :

  • Le stage libre est avant tout un stage de pré-orientation : il doit permettre d’orienter l’interne dans la construction de son projet professionnel.
  • Le stage libre peut être effectué :
    • Sur un des trois agréments obligatoires précédemment cités ;
    • Dans un domaine autre qui n’est pas couvert par un des trois agréments obligatoires. L’interne peut alors réaliser son stage dans un centre de pharmacovigilance, en unité de recherche clinique, en industrie de santé ou bien dans une agence de santé (ARS, HAS, OMeDIT…).

 

II.1 L’option PHG

Cette option a pour objectifs :

  1. De délivrer une formation polyvalente et complète dans toutes les disciplines majeures de la Pharmacie Hospitalière pour les internes souhaitant s’orienter vers une carrière hospitalière.
  2. De favoriser les carrières hospitalo-universitaires en pharmacie hospitalière. En effet, des aménagements du temps de travail sont prévus par les textes pour valider un M2 et/ou commencer sa thèse d’Université pendant l’internat.

Après les 2 premières années de phase socle, l’interne entre en phase d’approfondissement et doit accomplir : 1 stage libre et 1 stage en PUI sur un des trois agréments obligatoires.

À l’issue de cette phase, l’interne devra soutenir une thèse.

Puis, à la condition d’obtenir cette thèse, l’interne passera en phase de consolidation où il effectuera ces deux derniers stages en PUI. À l’issue de cette phase, il devra soutenir un mémoire de DES.

Rq : durant sa dernière année d’internat (en phase de consolidation), l’interne aura le statut de Dr Junior.

 

II.2 L’option DSPSLivret DSPS pour plus de détails

Après les 2 premières années en phase socle, l’interne entre en phase d’approfondissement et doit accomplir : 1 stage en établissement pharmaceutique ou industrie et 1 stage en PUI sur un des trois agréments obligatoires.

À l’issue de cette phase, l’interne devra soutenir une thèse.

Puis, à la condition d’obtenir cette thèse, l’interne passera en phase de consolidation où ces deux derniers stages seront libres. À l’issue de cette phase, il devra soutenir un mémoire de DES.

Rq : durant sa dernière année d’internat (en phase de consolidation), l’interne aura le statut de Dr Junior.

II.3 L’option RPH

Après les 2 premières années en phase socle, l’interne entre en phase d’approfondissement (qui dure ici 2 ans) et doit accomplir : 2 stages en radiopharmacie, 1 stage libre et 1 stage en PUI sur un des trois agréments obligatoires.

À l’issue de cette phase, l’interne devra soutenir une thèse.

Puis, à la condition d’obtenir cette thèse, l’interne passera en phase de consolidation où il effectuera ces deux derniers stages dans une PUI agréée pour la radiopharmacie. À l’issue de cette phase, il devra soutenir un mémoire de DES.

Rq : durant sa dernière année d’internat (en phase de consolidation), l’interne aura le statut de Dr Junior.

 

Formation théorique :

La formation universitaire de l’internat comporte – pour toutes les options précoces – 4 unités d’enseignement obligatoires à réaliser au cours de la phase socle (ou de la phase d’approfondissement dans les cas extrêmes de non validation) : pharmacie clinique – prise en charge thérapeutique du patient / dispositifs médicaux – stérilisation – hygiène hospitalière / Technologies pharmaceutiques hospitalières – contrôles / assurance qualité – gestion des risques – évaluation des pratiques professionnelles. Les internes doivent valider ces UEs dispensées dans leur région respective: sous forme de séminaire ou de cours hebdomadaires.

L’option RPH implique de réaliser 4 UEs supplémentaires obligatoires prévues dès la phase d’approfondissement.

En fonction du projet professionnel envisagé, l’interne peut également s’inscrire à des diplômes théoriques complémentaires tels que les diplômes universitaires (DU) ou master 2 afin d’enrichir ses compétences dans un domaine particulier (oncologie, infectiologie, dispositifs médicaux…).

 

 

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2020 FNSIP-BM, 79 rue Perier 92120 Montrouge, propulsé par AgoraMed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?